Sarkozy peut dire merci à Mélenchon

 

Il y a un mois, personne ne doutait que Sarkozy allait perdre la présidentielle. Aujourd’hui ses perspectives de la gagner commencent à devenir réellement inquiétantes. C’est Mélenchon qui a changé la donne et, bien sûr, ceux qui le suivent.

 

Si jamais Mélenchon fait plus de voix que Hollande comme il en exprime plus que jamais la volonté, alors Sarkozy est élu avec entre 55 et 60 pour cent des voix. Il récupère non seulement toutes les voix de l’UMP et l’essentiel des voix du Front national mais presque toutes les voix de Bayrou. Et les plus modérés des socialistes risquent de s’abstenir.

 

Si Hollande arrive malgré tout en tête à gauche mais que Mélenchon fait un bon score, supérieur à 15 % des voix, alors Hollande est placé dans une position d’équilibre très périlleuse. Ou il refuse la négociation que réclamera peu ou prou le front de gauche par Mélenchon interposé et alors l’abstention à gauche a tout risque d’être suffisante pour permettre à Sarkozy de l’emporter. Ou il accepte de prendre de nouveaux engagements et c’est l’électorat de Bayrou qui s’abstient ou même se résigne à voter très majoritairement pour Sarkozy et lui donner la victoire. Evidemment on peut compter sur Sarkozy, ses habiletés manoeuvrières, sa façon de jouer avec les  promesses, les divisions et les peurs pour augmenter les chances que les seules réalités politiques lui donneront.

 

Le vote pour Hollande au premier tour n’est pas qu’un vote utile, c’est un vote indispensable si on ne veut pas de la réélection de Sarkozy.

 

Si l’on veut que Hollande fasse une réelle politique de gauche, ce sera au moment des législatives qu’il faudra voter en conséquence. Avant, c’est à dire le 22 avril, ça ne peut servir qu’à faire élire Sarkozy et donc à enterrer tout espoir à gauche.

Publicités